Le journalisme dans «la dictature de l’instant»

Le journalisme dans «la dictature de l’instant»Une dépêche : information transmise par une agence de presse ; se dépêcher : se hâter, faire quelque chose rapidement. Et le journaliste ? Il doit travailler vite pour nous informer rapidement, avec le risque de s’échouer contre quelques écueils décrits par Pierre Assouline, journaliste et romancier, Doan Bui, grand reporter à L’Observateur et lauréate du prix Albert-Londres, Jochen Gerner, illustrateur de presse, et Eric Fottorino, ancienne figure du Monde aujourd’hui directeur de publication du journal Le Un.

Au micro de Pascal Didier samedi, ces quatre grands noms, très grands noms, du journalisme ont réfléchi à leur métier version 2.0 imposée par un Internet et la vitesse qu’il induit. Une vitesse au détriment de la qualité de l’information transmise ? Pas forcément. Tout dépend beaucoup de l’éthique du professionnel. Ce n’est pas l’information qui va vite, c’est sa transmission. Journaux en ligne, gratuit, réseaux sociaux, autant de nouveautés qui ont bouleversé les pratiques ces vingt dernières années. «On essaye de bricoler quelque chose avec les moyens d’aujourd’hui sur un concept très ancien, affirme Eric Fottorino. On a entre les mains des outils d’une puissance unique. On perd connaissance ; tout ça va vite. Il faut redonner la connaissance, ralentir pour réfléchir, se recentrer pour ne pas s’éparpiller.» Pierre Assouline reste un éternel optimiste. «Plus la vitesse d’exécution est grande, plus elle induit une réflexion profonde. Comme Internet est aujourd’hui le média le plus rapide, je vois des quotidiens favoriser la lecture lente avec des portraits, des enquêtes, des sujets qui prennent du temps à faire et à lire». Une spécificité des supports est «le modèle vers lequel on va».

Ce constat, la journaliste Doan Bui le dresse au quotidien. «Je vois le métier changer dans sa pratique, c’est déroutant. La façon d’envisager un reportage demande du temps, de la réflexion. On a le sentiment d’être un dinosaure dans cette tyrannie de l’instantanéité. Reportages longs ou twitt, il faut être capable de jouer sur ces temporalités, c’est un nouveau monde pour nous». Un monde au sein duquel le temps nous échappe. Car si vouloir être les premiers à communiquer l’info peut être dangereux, vouloir la recevoir de façon immédiate l’est tout autant. «Les changements de canaux d’information induisent des problèmes de sources, déplore Pierre Assouline. Le problème d’Internet, c’est qu’on ne cherche pas à savoir d’où vient l’info ; on n’est pas à l’abri d’une manipulation. Le problème de la hiérarchie de l’information est aussi réel. Avant, l’emplacement d’un article dans la page vous éclairait sur son importance. Sur Internet, l’info est nue, présentée seule». Et comme «les gens ne croient plus en l’image», selon Jochen Guerner, ils vont chercher l’info sur une source alternative dont ils ignorent la légitimité… «Il faudrait un regard plus critique et ça, pour l’instant, c’est pas gagné...» glisse Pierre Assouline. Doan Bui enfonce le clou : «Le problème n’est pas l’image mais l’inondation d’images. Une overdose d’images non décryptées suscite la déréalisation de l’événement ! »

Eric Fottorino parle d’une «dictature de l’instant». Les journalistes qui la refusent se tournent vers les maisons d’édition, capables de leur offrir temps et moyens financiers de mener leurs enquêtes. Paradoxe : les magazines achètent aux éditeurs des extraits de ces ouvrages d’enquêtes… menées par leurs propres journalistes !

Le journalisme dans «la dictature de l’instant»