Avenir de la géographie, avenir de la planète et des territoires : même combat !

diploweb

 

Pour la promotion de la Géographie appliquée

Par François HULBERTPierre GINET, le 2 octobre 2014 


L’habitabilité de la planète est gravement remise en cause par les activités humaines. Les géographes doivent être les premiers « Amis de la Terre ». Etre géographe c’est d’abord comprendre le fonctionnement de la Terre des hommes et sonner l’alerte quand des opérations mettent en péril les milieux de vie.
Le Diploweb.com est heureux de vous présenter cet article inédit dans le cadre de son partenariat avec le 25ème Festival International de Géographie : "Habiter la Terre", 3-5 octobre 2014, Saint-Dié-des-Vosges.

LA GÉOGRAPHIE appliquée est une orientation transversale à tous les secteurs de la discipline. 

Cette géographie interventionniste est d’autant plus d’actualité que l’habitabilité de la planète est en cause et ne peut être qu’un objet de préoccupation pour notre discipline. La géographie doit être au cœur de ce qui ne peut être qu’un combat, tellement les forces contraires sont importantes dans nos systèmes économiques et politiques. La géographie doit, pour y parvenir, faire reconnaître auprès des géographes et du grand public, l’importance et la cohérence de ses démarches. Cependant les intérêts de visions technocratiques et mono-disciplinaires, insatisfaisantes, l’emportent encore.

Une Géographie qui peine à affirmer son leadership intellectuel

Si l’on excepte les géographes historiques, l’essor de la géographie ne remonte qu’à moins de deux siècles. Or à cette époque les préoccupations géographiques se développent d’abord chez des non-géographes.

Les modèles d’optimisation spatiale apparaissent chez les économistes dans le contexte ultralibéral du XIXème Siècle avec J.H. Von Thünen, puis E.W. Burgess et H. Hoyt dans les années 1930. W. Christaller est un des rares géographes à s’inscrire parmi ces réflexions. Tous ces modèles économiques partent du principe caricatural d’un espace isotrope. Or dans le même temps, la géographie tarde à prendre place dans les universités françaises...

Après la crise de 1929, les Etats cherchent à réguler les effets socio-spatiaux inégalitaires du jeu économique. Une génération de nouveaux théoriciens là encore dominé par les économistes voit le jour : J.M. Keynes, W. Isard, etc.

Lire la suite sur le site http://www.diploweb.com/Avenir-de-la-geographie-avenir-de.html

primi sui motori con e-max.it