BADONNEL Eric ok

Auteur

 

Né à Epinal en 1971, Eric Badonnel a passé son enfance à Gérardmer. Ce Vosgien connaît très bien la géographie et l'histoire de son département et de sa montagne qu’il relate dans ses livres. Il est diplômé de Sciences-Po Paris et titulaire d'un Master 2 de sciences sociales de l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) et de l'Ecole normale supérieure (ENS). C'est aussi un ancien élève de l'Ecole nationale supérieure de Sécurité Sociale (EN3S).

Homme de gauche, Eric Badonnel a travaillé auprès de deux ministres à Bercy (le Déodatien Christian Pierret puis Laurent Fabius). Il a exercé des responsabilités à la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam) et à la Fédération nationale de la Mutualité Française (FNMF), et a dirigé l'Union nationale des organismes d'assurance maladie complémentaire (Unocam). C'est un spécialiste des questions de santé et de protection sociale.

Il est l’auteur de deux ouvrages parus aux éditions Le Bord de l'eau dans la collection "Clair et net" dirigée par Antoine Spire. Il s’agit de récits familiaux qui s’ouvrent sur des questionnements philosophiques : sur la mémoire, l’amour, l’histoire, l’identité et finalement la transmission.
Alors que la mémoire s'efface est sorti en mars 2019. Eric Badonnel y relatait le destin de sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer, et reconstituait la mémoire de sa famille. Le courage des miens vient d’être publié en mai 2021. Eric Badonnel y raconte la vie de quatre générations de Badonnel qui, de 1881 à 1962, profondément enracinées dans le terroir vosgien, ont subi l’expérience du déracinement forcé par temps de guerre, avant de revenir au pays, profondément transformées, plus ouvertes sur le monde.


 

Le courage des miens

Le courage des miens est le deuxième livre d’Eric BadonnelL, après Alors que la mémoire s’efface.

L’auteur y raconte l’histoire et la géographie de sa famille : dans les Vosges, en Tunisie, en Allemagne puis en Algérie, de 1881 à 1962 et même aujourd’hui.

Les Badonnel sont partis du massif des Vosges pour conquérir la Tunisie au début de la Troisième République. Ils ont combattu dans l’artillerie pendant la Première Guerre mondiale. Ils ont souffert de l’Occupation, surtout lors du repli de l’armée allemande en novembre 1944. Enfin, ils se sont retrouvés en Kabylie alors que le peuple algérien luttait pour son indépendance. Enracinée dans son terroir, entre la vallée des lacs et celle de la Vologne, chaque génération d’hommes a fait l’expérience radicale d’un déracinement forcé, pour cause de guerre, avant de pouvoir revenir au pays, mais transformée, avec une plus grande ouverture sur le monde.

Pour Eric Badonnel, la vie des gens tenus pour ordinaires, entre « micro-histoire », « ego-histoire » et « vies minuscules », mérite d’être reconstituée et relatée avec soin. Elle est souvent extraordinaire. Elle enseigne bien des choses sur une identité familiale et introduit une complexité salvatrice dans les représentations du fait national.

Ce livre, en effet, est un questionnement sur l’identité : familiale, nationale et même personnelle. S’interrogeant sur les vertus de l’héroïsme, l’auteur apporte un témoignage érudit et sensible sur la résilience de la société française et le courage des classes populaires.