Eschenbrenner Raphaële
© John FOLEY
 

ESCHENBRENNER Raphaële

 

Raphaële Eschenbrenner est née à Nancy, le 2 décembre 1964. Elle a grandi au sein d’une communauté de chercheurs, en Côte d’Ivoire, a passé son adolescence en banlieue parisienne, en Bolivie puis à Paris. En 1986, elle part vivre neuf ans à New York où elle exerce différents métiers. Depuis son retour en France, elle a étudié la littérature anglo-saxonne, traduit des doublages de séries télévisées américaines ainsi que de nombreux ouvrages en littérature jeunesse. Elle est l’auteur de L’homme sans accessoires (éditions Baleine 2000) et du Clitoris de la Hyène (éditions du Moine bourru 1998). Elle vit aujourd’hui en Ile de France et travaille sur un nouveau roman. Écrit en 1988 et révisé en 2013, Exil à Spanish Harlem est son premier récit.

 

ESCHENBRENNER RaphaeleDernière publication

Exil à Spanish Harlem, ESCHENBRENNER Raphaële, édition Seuil (03/04/2014)

Résumé

Dans le New York de la fin des années 1980, la vie est agréable et détendue, le sexe n’est pas encore totalement dangereux, on trouve un emploi sans difficulté, on s’amuse, on galère un peu, l’argent manque parfois, les chefs sont toujours des chefs, les brimades amusent ou fatiguent, mais l’insouciance domine.
Corinne, une jeune Française, est serveuse dans un restaurant, dont elle se fait rapidement virer. Elle est bientôt engagée dans une agence de tourisme, pour combiner des voyages en Europe. Son amant, Spike, fait partie d’un groupe de rock. Ils partagent un appartement avec un autre ami, Brad, dans Spanish Harlem, un quartier légèrement glauque et par moments inquiétant lorsque les dealers règlent leurs comptes.
La visite d’amis allemands de Brad, qui s’incrustent, pourrit l’ambiance. L’atmosphère se tend. Par quoi le jeune couple tient-il ?
Ce livre d’exil primesautier et subtilement mélancolique exerce un véritable charme, il restitue une époque à travers une série de scènes et de portraits drôles et émouvants, parfois assez crus. On aimerait être là-bas, dans ce New York déglingué, et on y est, par la magie de l’écriture.

primi sui motori con e-max.it