BAILLY Jean Christophe
© Jérôme Panconi
 

BAILLY Jean-Christophe

 

Jean-Christophe Bailly est né à Paris en 1949. Depuis plus de trente ans (son premier livre, La légende dispersée, une anthologie du romantisme allemand, paraît en 1978), il a publié une vingtaine de livres qui, le roman mis à part, arpentent tous les champs de l'écriture : essais (philosophiques ou esthétiques), poésie, journaux, théâtre. Si sa démarche présente, en dépit ou au-delà de cette diversité, une très grande unité, c'est d'abord parce qu'elle prend sa source dans le désir ou la volonté du poème. Le poème est le mode le plus générique à partir duquel Jean-Christophe Bailly s'est tourné vers la peinture, l'architecture, la photographie ou la philosophie. Il publie un arbre en mai, Seuil.

 

BAILLY Jean ChristopheDernière publication

Saisir - Quatre aventures galloises, éditions Seuil, 2018

Résumé

Quatre pistes distinctes, ayant toutes à voir avec le Pays de Galles, forment la matière de ce livre. Chacune d’entre elles est ici dénommée aventure. La première reconstitue l’incroyable histoire de Thomas Jones, ce peintre qui en 1782, à Naples, inventa l’art moderne avant de se retirer incompris dans sa ferme du Radnorshire. La deuxième tente d’identifier le geste poétique que formèrent l’oeuvre et la vie de Dylan Thomas, le génial enfant de Swansea, le « Rimbaud de Cwmdonkin Drive ». La troisième suit les pas de W.G. Sebald, dont le livre Austerlitz comprend un pan gallois sur lequel se projettent, au sein même de l’exil qu’il raconte, les images d’un séjour transfiguré. La quatrième et dernière se déroule dans les vallées du sud, parmi les vestiges d’un monde qui fut celui des mineurs de charbon et que de parfaites images (dues à Robert Frank ou Eugene W. Smith) fixèrent en son temps.

Ainsi peinture, poésie, récit et photographie, réunis par une identique volonté de saisie et de vérité, permettent-ils d’aborder de l’intérieur cet ouest absolu qu’est le Pays de Galles. Chemin faisant, le livre est aussi une réflexion sur le rapport entre réalité et fiction, sur la nature des souvenirs et des traces, et sur ce que peut être l’identité d’une contrée.