TODENNE Eric  

TODENNE Éric

 

Sous le pseudonyme Eric Todenne se cache deux auteurs. Eric Damien et Teresa Todenhoefer. Le premier est un Vosgien de 49 ans exilé en Allemagne, où il est instit à l’école française de Düsseldorf et la seconde, une Espagnole née à Madrid, vivant actuellement en Allemagne. Un travail à finir est leur premier roman « pour une écriture à deux cerveaux plutôt qu’à quatre mains ».

 

Dernière publication

TODENNE EricUn travail à finir, éditions Viviane Hamy, 2018

Résumé

« Schopenhauer affirmait que toute vérité franchit trois étapes : elle est d’abord ridiculisée, puis elle subit une forte opposition avant d’être considérée comme ayant toujours été une évidence. »

L’évidence semble indiquer que la mort de Roger Bernard Lourdier, vieux pensionnaire de 86 ans de la maison de retraite Les Épis Bleus, est accidentelle. Une mauvaise chute, fatale, presque banale, sur le coin de la table de chevet.

Pourtant, un détail retient l’attention de la jeune Lisa qui fait ses premiers pas dans le monde du travail : monsieur Lourdier n’a pas de numéro de sécurité sociale. Comment est-ce possible, en France aujourd’hui ?
Intriguée, elle décide d’en informer son père, le lieutenant Philippe Andreani.

Mis sur la touche par la Crim’ de Nancy pour un écart de conduite qui risque de mettre prématurément fin à sa carrière, Andreani est l’archétype du flic à l’ancienne : en vingt-deux années de dur labeur, il a toujours fait davantage confiance à son « flair » qu’aux nouvelles technologies de pointe. Très terre à terre, il rabâche sans cesse à qui veut l’entendre que ce qui permet de résoudre une affaire, ce sont les témoins, les indices et les faux-pas d’un suspect. « Les faits, quoi. »

Pour fuir une vie personnelle des plus chaotiques, Andreani est bien déterminé à percer le mystère que ce détail étrange dissimule. Impossible qu’il s’agisse d’une grossière erreur administrative. Et quelle peut bien être la signification de ce « SO. 3-02.AB+ », le tatouage que la victime porte à la base du cou et qui rappelle ceux gravés sur la peau des juifs par les nazis ? C’est du lourd. Il le sait, il le sent. « Cela ne méritait sans doute pas qu’il y passe ses nuits, mais l’expérience lui avait appris que, lorsqu’on creuse un peu, les détails les plus insignifiants recèlent parfois des surprises qui peuvent changer la tournure d’une affaire. »

Face aux nombreux indices brûlants qui ne cessent de s’accumuler, une enquête officielle hors du commun commence, avec pour toile de fond les cicatrices encore vives de la guerre d’Algérie. Andreani ‒ aidé de son acolyte de toujours, Couturier ‒ va devoir se confronter de près à celle que l’on surnomme « la grande muette » ‒ l’armée ‒, ainsi qu’à la richissime famille des Royan-Longuet, des plus influentes et des plus manipulatrices de la région.

Et si, en réalité, Roger Bernard Lourdier avait été assassiné ? Si oui, pour quel motif ?
En fouillant le passé et en sortant les cadavres du placard, tous les protagonistes, sans exception, risquent leur peau dans le seul but de faire éclater la vérité.

Il ne faut jamais oublier que les secrets de famille, même les plus enfouis, refont tôt ou tard surface...