PAQUOT Thierry© DR  

PAQUOT Thierry

 

Philosophe de l’urbain, professeur émérite de l’université (Institut d’urbanisme de Paris-Upec). Il a toujours enseigné tout en ayant une activité éditoriale.
Il est membre de la Commission du Vieux Paris (depuis 2001), président du Conseil d’orientation scientifique du Learning Center sur la « ville durable » à Dunkerque (La Halle-aux-Sucres) de 2014 à 2018.
Il donne régulièrement des conférences en France et dans le monde (Chine, Inde, Canada, Europe...) et préside de nombreux concours d’architecture et d’urbanisme et diverses commissions liées aux questions artistiques et environnementales.
Il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages (dont plusieurs ont été traduits), parmi ceux-ci : L’Art de la sieste (1998 et 2008), Éloge du luxe. De l’utilité de l’inutile (2005), Demeure terrestre. Enquête vagabonde sur l’habiter (2005), La ville au cinéma ; Une encyclopédie (avec Thierry Jousse, 2005), Petit Manifeste pour une écologie existentielle (2008 et nouvelle édition en 2016), Le voyage contre le tourisme, Préface de Marc Augé (2014), Désastres urbains. Les villes meurent aussi (2015), Situationnistes en ville (sous la direction de, 2015), Le Paysage (2016), Géopoétique de l’eau. Hommage à Gaston Bachelard (2016), Lettres à Thomas More sur son utopie (et celles qui nous manquent) (2016), Dicorue (CNRS-éditions, 2017).

 

Dernière publication

PAQUOT ThierryDicorue. Dictionnaire ordinaire et extraordinaire des lieux urbains, éditions CNRS, 2017

Résumé

L’urbanisation gagne inexorablement la planète entière. Ces formes de regroupements humains ont un point commun : les rues. Ce sont elles que ce dictionnaire encyclopédique honore en s’attardant sur le sens des mots qu’elles murmurent ou affirment avec satisfaction et arrogance. Les 175 notices, classées sagement par ordre alphabétique (d’ « Abribus » à « Zoo » en passant par « Asphalte », « Barricade », « Carnaval », « Dérive », « Graf », « Jardin public », « Métro », « Mobilier urbain », « Pollutions », « Rond-point », « Squat », « Toilettes publiques », « Trottoir »...), outre la géohistoire étymologique, mobilisent les travaux d’historiens, d’architectes, d’anthropologues et de géographes, tout en prêtant attention aux réactions des flâneurs, poètes, romanciers et cinéastes.

primi sui motori con e-max.it