ASSOULINE Pierre
© Bruno Klein
 

ASSOULINE Pierre

 

Journaliste, biographe, romancier né en 1953, Pierre Assouline est un commentateur attendu de la vie culturelle. Son blog "La république des livres" est l'un des plus suivis de la Toile. Il collabore à L'Histoire et au Magazine littéraire. Ecrivain, il est notamment l'auteur de biographies (Gaston Gallimard, Hergé, Cartier-Bresson) et de romans (Lutetia, Le portrait, Vies de Job, Une question d’orgueil), ainsi que de deux Autodictionnaires consacrés à Georges Simenon et à Marcel Proust. Il a été élu à l'Académie Goncourt le 11 janvier 2012.

 

Dernières publications

Golem, ASSOULINE Pierre, éditions Gallimard, 2016

Résumé

Soupçonné du meurtre de son ex-femme, décédée dans un mystérieux accident de voiture, Gustave Meyer, grand maître international d'échecs, voit soudain sa vie basculer. En un instant, ce solitaire devient un fugitif partout recherché.

Dissimulé sous une autre identité, isolé des siens, il est rattrapé par ses failles : l’étrange opération chirurgicale qu’il a subie à son insu et l’a « golémisé » en décuplant ses facultés mentales ; la relation ambiguë qu’il entretient avec l’ami qui l’a opéré ; le sentiment diffus de ne plus s’appartenir et de devenir un monstre au regard de la société.

Une clé lui manque, qu’il part chercher en errant au cœur de la vieille Europe, deux femmes à ses trousses : Emma, sa propre fille qui essaie de l’aider, et Nina, chargée de l’enquête policière.

Meyer y parviendra-t-il à temps ? Sera-t-il assez solide pour faire face à la vérité qu’il va découvrir ?

ASSOULINE Pierre

Dictionnaire amoureux des écrivains et de la littérature, ASSOULINE Pierre, éditions Plon, 2016

Résumé

« Rien ne vaut l’écriture d’un Dictionnaire amoureux des écrivains et de la littérature  pour se faire des ennemis. Il est vrai que tous ne gagnent pas à être connus, et que certains y gagnent surtout en mystère.

J’ai toujours aimé aller à la rencontre des écrivains, le plus souvent chez eux, voire à leur bureau, celui-ci étant éventuellement établi dans un bistrot ou au restaurant, sauf à les accompagner dans leur promenade. Eprouver ce bonheur discret est aussi une manière de dire qu’on a autant le goût des autres que celui des livres.

On aura compris que j’ai pris beaucoup de plaisir à imaginer celui-ci en profitant pleinement de la loi du genre : en toute subjectivité, dans l’arbitraire le plus total, au risque de quelques injustices et de beaucoup d’oublis, sans souci d’exhaustivité  mais sans m’interdire des souvenirs personnels, autant d’anecdotes que d’analyses, autant de portraits que de récits. Mais toujours pour la plus grande gloire de la littérature ! » P.A.

Ce qui reste de la vie littéraire une fois séparés les livres du bruit qu’ils font,  de A comme Académie française à Zweig Stefan, en passant par : Agent littéraire, Bove, Garcia Marquez, Prix, Style, Yourcenar, etc… »