LANG LUC
© Ulf Andersen
 

LANG Luc

 

Luc Lang est l’auteur d’une dizaine de romans, recueil de nouvelles, essais sur les arts et la littérature contemporains, parmi lesquels Mille six cents ventres (prix Goncourt des lycéens en 1998), La Fin des paysages (2006), Mother (2012) et L’Autoroute (2014).

 

LANG LucDernière publication

Au commencement du septième jour, LANG Luc, éditions Stock, 2016

Résumé

« Ça sonne, lui vrille les tympans, non, ça sonne encore, son portable, sur le verre dépoli du bureau… Quelle heure est-il ? Quoi ? 4 h du matin ? C’est un appel privé. Allô ?... oui ? Une voix grave, autoritaire, qui se présente, la gendarmerie de Saint-Eustache-la-Forêt… Pardon ?… Saint-Eustache-la-Forêt, en Normandie, sincèrement désolé de vous déranger en pleine nuit, Camille Texier, c’est bien votre femme ?… aux urgences de Bolbec… un accident de voiture, on souhaitait vous prévenir au plus vite. Non, il est réveillé, c’est bien la gendarmerie. »

En découvrant la Camille qu’il aime dans le coma, Thomas est jeté dans une incompréhension tragique : l’accident inexplicable, une route sans obstacle, l’itinéraire insolite, un GPS aux signaux étranges, que s’est-il passé ? Il est alors confronté à l’hôpital et ses labyrinthes, à ses enfants et leur douleur, à son patron, ses collaborateurs et leurs perversités, comment ne pas sombrer ?

Par le seul point de vue de Thomas, au rythme accéléré de sa respiration dans la tempête, on entre dans l’histoire d’un homme jeune, à qui tout réussissait et qui doit se battre. Il est père, il est frère, il est fils. Il est le père d’Anton et Elsa à l’insouciance envolée. Il est le frère de Jean, chevrier dans les Pyrénées, au comportement généreux et brutal, qui tait depuis toujours de lourds secrets de famille. Il est le frère de Pauline, enfuie en Afrique noire on ne sait pourquoi. Il est le fils d’Aurèle, mort mystérieusement. Et quand Thomas erre du Havre à Paris, des Pyrénées au Cameroun, chaque traversée des paysages éclaire une facette de son histoire.

Le récit de la catastrophe qui tombe sur les épaules d’un homme devient alors universel : on est comme happés par ce destin foudroyé, par ses élans d’espoir, par sa rage, par sa peine, et par la nécessité de vivre malgré tout.

Dans ce roman haletant, qui traverse des territoires et des secrets, Luc Lang se révèle d’une ambition époustouflante. Il signe là son grand « roman américain ».