JANNE D'OTHÉE François  

JANNE D'OTHÉE François

 

François Janne d’Othée est né en 1959 à Anvers, en Belgique. Il est journaliste indépendant, spécialiste de l’actualité belge et internationale, et grand reporter. Il a antérieurement travaillé comme professeur de lettres au Maroc, comme attaché de presse à l’ONU à New York ainsi que pour des institutions européennes à Bruxelles. Il a également coordonné un réseau européen d’ONG actives en Afrique centrale. Il est diplômé en philologie romane et réside à Bruxelles.

 

JANNE D'OTHÉE FrançoisDernière publication

BRUXELLES. Ceci n’est pas une ville, de François Janne d’Othée, Collection L’âme des peuples dirigée par Richard Werly, 2015

Résumé

Bruxelles séduit et interroge. Comment cette ville, faite de bric et de broc, où les balafres urbanistiques côtoient les splendeurs architecturales, peut-elle autant charmer, attirer, être jalousée par les autres grandes villes d’Europe ?

Capitale multiculturelle de l’Etat belge, Bruxelles est enclavée en Flandre, alors qu’on y parle surtout le français. Composée de dix-neuf communes aussi différentes que la populaire Molenbeek ou la bourgeoise Uccle, elle est devenue la clé de voûte d’un royaume aux forces centrifuges, tout en générant de sa tension linguistique une intense créativité artistique. Traverser Bruxelles, c’est faire un voyage dans le temps autant qu’un tour du monde des sabirs et des saveurs.

Ce petit livre n’est pas un guide. C’est un décodeur. Il invite le lecteur à découvrir la lente métamorphose d’une vieille bourgeoise qu’on pensait assoupie jusqu’à ce que l’Europe ne la sorte de sa torpeur et n’en fasse, elle aussi, sa capitale. Parce que sous son côté rugueux, elle fait montre d’un sacré caractère, bien décidée à mériter son titre de cité mondiale. Bruxelles demande à être racontée, pour être mieux comprise. Ceci n’est pas une ville. Ceci est bien plus qu’une ville.

Un grand récit suivi d’entretiens avec Roel Jacobs (Personne à Bruxelles n’a jamais pu parachever son œuvre), Fatima Zibouh (Les jeunes des familles aisées croient que Molenbeek c’est le Far West) et Philippe Van Parjis (Bruxelles doit miser sur le trilinguisme).

primi sui motori con e-max.it