delasoudiere martin

DE LA SOUDIERE Martin

Martin de La Soudière est ethnologue au CNRS et à l’EHESS, et intervient à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles-Marseille. Il travaille depuis de nombreuses années sur des dimensions sensibles du monde rural, avec une prédilection pour la moyenne montagne (Lozère, Jura, Cantal et Pyrénées). Parmi ses ouvrages, on citera Arpenter le paysage (Anamosa, 2019) Lignes secondaires (Créaphis, 2008), Poétique du village (Stock, 2010) ou Au bonheur des saisons (Grasset, 1999).

delasoudiere martin roman

Arpenter le paysage

 Arpenter le paysage est une pratique au long cours pour Martin de La Soudière, une pratique qui engage le corps comme l’esprit : pour le scientifique c’est la rencontre avec le terrain, pour l’homme sensible une expérience existentielle et poétique. Entrerait-on en paysage comme on entre en religion ? Comment un paysage, réel ou imaginé, connu ou fantasmé, nous devient-il intime ?

Sa rencontre première avec les Pyrénées, à pied, à bicyclette ou à main nue, empoignant la roche, fait écho au geste d’autres acteurs et spécialistes qu’il convoque ici. Poètes, géographes, paysagistes, peintres, botanistes, mais aussi grimpeurs, militaires, cartographes, taupiers, bergers et autres promeneurs... tous écrivent, vivent, incarnent leur paysage. Reclus ou Vidal de La Blache côtoient Gracq et Pessoa. Ils habitent l’imaginaire de l’auteur, au même titre que les manuels d’escalades du xxe siècle ou les livres de géographie du jeune élève qu’il fut.

Dans cette petite ethnologie du paysage, on se meut en barque, en train, on flâne, on dessine et on médite. Entrer en paysage est en somme un geste charnel, fécond pour la réflexion et l’imaginaire.