Les origines du festival

Saint-Dié-des-Vosges, marraine de l'Amérique !

De la découverte d'un nouveau monde par Christophe Colomb en 1492 à l'invention du mot America par des cartographes déodatiens en 1507; une histoire fabuleuse qui est à l'origine de la création du Festival International de Géographie.

 

 

Les origines du Festival

inauguration

"Les découpages du monde" tel était le thème de la première édition du FIG, en 1990. Ainsi l'illustre l'image de Haroun TAZIEFF, ciseaux à la main, inaugurant son ouverture.

En fondant le Festival International de Géographie (FIG) en 1990, Christian Pierret a souhaité créer un rassemblement ne connaîssant pas de frontières physiques ni humaines.
Lieu de découverte, d'apprentissage, de divertissement et d'échange, le FIG célébre la géographie et la fait redécouvrir sous un nouveau jour. S’appuyant sur la légitimité de Saint-Dié-des-Vosges, la "marraine de l’Amérique", Christian Pierret a marqué le début d'une aventure qui dure...

« Une Géographie généreuse »

Le FIG s’appuie sur la géographie comme outil scientifique pour faire le lien avec les questions posées par toutes les sciences humaines, l’économie, l’écologie et faire sans a priori le constat de l’évolution des savoirs, des expressions culturelles, de la géopolitique.

La particularité du FIG, comme sa réussite, tient dans sa capacité à satisfaire un large public (le FIG accueille chaque année 50 000 festivaliers), de nature particulièrement éclectique ; il a su rassembler dans les mêmes lieux spécialistes venus des quatre coins du monde et simples amateurs de culture et d’animation. Le FIG est l’allégorie d’une géographie généreuse : toutes les connaissances sont expliquées, tous les sujets, du savant au convivial, sont abordés. En outre, aspect si singulier qu’il mérite d’être remarqué : toutes les manifestations sont gratuites.

Parmi elles, les conférences bien sûr, dont l’importance pourrait se résumer à un objectif, une finalité ou « comment communiquer clairement sur un sujet pointu ». Fréquentés par un public aussi hétérogène que passionné, les 200 temps de rencontres organisés sous diverses formes (conférences-débat, tables ronds, cafés géographiques) permettent aux chercheurs de confronter leur savoir à la critique d’un public exigeant, et à leurs auditeurs d’être informés des dernières découvertes de la recherche scientifique en géographie.

primi sui motori con e-max.it