Salon de la Gastronomie

CONTACT GASTRONOMIE

Frédérique ETIENNE (ADFIG)
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tél. : 03 29 42 16 73

Le Salon de la Gastronomie est ouvert le 30 septembre de 9 h à 21 h 30 et les 1er et 2 octobre 2016 de 9 h à 19 h à l’Espace François-Mitterrand.

GastronomieUN SALON ANTI-FAST FOOD !

Le monde qui mange va-t-il plus vite ? A en croire les Cassandre qui comptent les minutes gagnées chaque année par le snacking au bureau, dans les transports, en vacances, on devrait tous finir à manger avec les doigts dans du carton des nourritures industrielles…. Pourtant, ça résiste ! En France, la gastronomie tient salon dans de nombreux festivals et Saint-Dié-des-Vosges n’y échappe pas. Car «manger, c’est incorporer un territoire» rappelait Jean Bruhnes, professeur au Collège de France.

A Saint-Dié-des-Vosges, les chefs et les cuisiniers offrent des démonstrations culinaires pour faire connaître leurs talents, souvent discrets. D’Alsace, des Vosges, de Belgique et bien d’autres régions cherchant à se faire apprécier pendant le FIG, viennent des passionnés des légumes, des fromages et des viandes.

En accord avec la question posée par le FIG, on discutera du Fast Food. Que voulons nous manger ? Comment marions-nous nos pratiques en allant au supermarché, en voulant des produits de saison et du local ? Comment les locavores se multiplient-ils ?

La grande affaire, celle qui va déborder le Salon, c’est la Belgique. Les Belges sont d’impénitents gourmands. Ils ont importé tant de plats qu’une blague dit ceci : «La gastronomie belge, c’est de la cuisine française améliorée». En pardonnant volontiers cette gentille effronterie, on relèvera qu’ils ont su léguer à l’Europe un patrimoine culinaire très original qui a du succès. La trilogie moules-frites-bière vaut bien la française pain-vin-fromage. Une question culturelle cependant, débattue aussi au FIG : pourquoi les frites seraient-elles appréciées croustillantes en Europe et aimées… molles au Canada ? Pas de révolution dans cette affaire, juste de quoi montrer que le goût est bien une affaire de culture.

En bref, un salon qui allie le festif, l’agréable et le savant. Pour que celui qui franchisse les frontières sache ce que manger veut dire pour les géographes.

Gilles Fumey,
géographe, président de l’ADFIG
et dirigeant du Food20 Lab à l’ISCC-CNRS (Paris)

Soirée campagnardeSOIRÉE CAMPAGNARDE : TERROIR À COMPOSER

Une planche à découper, un couteau, une chope, 10 jetons d’une valeur faciale de 1,50 €, des bons de réduction… Une fois ce kit (20 €) en main, la soirée campagnarde du vendredi peut commencer à l’Espace François-Mitterrand et sous le chapiteau du pays invité…

Le principe est simple : comme le FIG est terre de découvertes, on vous propose de garnir votre planche en piochant dans les richesses gastronomiques des terroirs vosgiens et belges. Vous pourrez à l’envi picorer un bout de saucisson par ici, un morceau de fromage par là, déguster un verre de vin à droite, une bonne bière à gauche. Le tout entre 19 h et 21 h 30, sur fond d’animation musicale et en présence d’un cracheur de feu !

 

Frites

SOIRÉE MOULES OU FRICADELLES-FRITES SAMEDI DÈS 19 H

Deux chapiteaux seront dressés place de l’Europe et place du Général-de-Gaulle le samedi 1er octobre. La Belgique y sera déclinée à toutes les sauces : gastronomiques et musicales !

 

ChocolatsCHAPITEAU BELGE

Offrir une vision globale du pays invité d’honneur n’est pas chose aisée, surtout lorsqu’il s’agit d’un pays aussi riche culturellement que la Belgique. Les Offices de Tourisme flamand, wallon et arlonais feront le plein de brochures et documents pour inciter à traverser la frontière. Le voyage passera aussi par les papilles puisque le public appréciera la présence du Palais de la bière, de la confrérie du Maitrank, du chocolatier Galler, fournisseur du Royaume de Belgique. Sans oublier les étals dédiés aux fromages et à la boulangerie, pâtisserie et sucrerie ! 

 

Le salon de la gastronomie en vidéos

 


 

 
Reportages réalisés par les étudiants en licence pro communication audiovisuelle de l'IUT de Saint-Dié-des-Vosges