Ces trois jours de festival sont passés trop vite ?
Allez prenez votre temps et regardez tranquillement les temps forts de cette édition  2016 : invités, conférences, géomatique, remise de prix, cérémonies, ambiances, salons, gastronomie, expositions, animations...
Ces vidéos ont été réalisées avec les étudiants en licence TecamTv de l'IUT de Saint-Dié-des-Vosges.

Une dictée en français, une autre en anglais et, pour la première fois, une programmation séparée qui a permis aux volontaires de participer aux deux exercices ! Ce week-end, la traditionnelle Dictée du Festival International de Géographie a donné du fil à retordre aux 35 amoureux du genre. Mention spéciale à Apolline Thomas, qui s’est imposée à deux reprises chez les moins de 20 ans !

Proposé par Bertrand Lemartinel, le texte « Un pays mal connu » intégrait quelques subtilités de linguistiques, que personne n’a su contourner totalement.

Les lauréats :

• Catégorie moins de 20 ans : Apolline Thomas (18 ans) de Saulcy-sur-Meurthe, 12 fautes
• Catégorie 20-60 ans : Astrid Thisse (49 ans) de Pair-et-Grandrupt, 11 fautes
• Catégorie plus de 60 ans : Lothaire Haag (69 ans), Ban-de-Laveline, 11 fautes

Le texte en langue anglaise a été proposé par Gilbert Broyez, professeur d’anglais. Il s’agit d’un extrait d’un livre sur New York intitulé « A Nation of Immigrants » et intégrant une référence au baptême de l’Amérique.

Les lauréats :

• Catégorie moins de 20 ans : Apolline Thomas (18 ans) de Saulcy-sur-Meurthe, 13 fautes
• Catégorie 20-60 ans : Adriana Colin (39 ans) de Taintrux, 5 fautes
• Catégorie plus de 60 ans : Alexandra Georgeon-Colin (66 ans) de Saint-Dié-des-Vosges, 3,5 fautes.

Dictée Géo

« Liberté de faire, d’inventer et d’explorer dans les thèmes, pays invités, invitations ; Égalité de traitement entre tous les intervenants ; Fraternité entre nous tous. »
Béatrice Collignon, co-directrice scientifique du festival avec Philippe Pelletier, a dressé son bilan de directrice lors de la cérémonie de clôture du FIG 2016.
La mandature de notre binôme a été qualifiée d’infernale ou de Classe. Elle a bien fonctionné pendant trois ans. Je laisse deux nouvelles personnes : Lionel Laslaz et Clarisse Didelon-Loiseau écrire la suite du festival de Géographie. Le FIG est un festival fait par les géographes pour tout le monde !
Elle a ajouté : la géographie de Saint-Dié-des-Vosges se prête bien à l’organisation de ce festival car tout est proche, il y a encore une vraie vie en centre ville, il est agréable de s’y promener à pied

« Finalement je me suis mise à courir après ce FIG qui va toujours plus vite et qui attire de plus en plus de monde ! »
Maylis De Kérangal, Grand Témoin du Festival, lors de son intervention à la cérémonie de clôture du FIG 2016, s’est d’abord interrogée sur son manque de temps lié au nombre si important de ce qu’il lui était donné à suivre durant ces trois jours de festival, la pluralité des manifestations. « Il y a manque de temps alors qu’il y a tant à voir »
Ici (à Saint-Dié-des-Vosges) tout est proche, mais cette proximité au lieu d’augmenter son temps allait encore le tendre. « Car disposant de tout, tout prêt, comment me diriger ?»
La question de la simultanéité durant le festival l’a étonnée. « La lecture du programme est édifiante ! »