FIG : les secrets de fabrication

Quelques-uns des membres du comité de pilotage ont expliqué vendredi après-midi la façon dont on construisait le contenu scientifique du FIG. Avec un constat unanime : le sujet colle particulièrement à l’actualité !

Un monde qui va plus vite ? Dans la construction du Festival International de Géographie, la réponse est oui, assurément ! C’était en tout cas le point commun essentiel des explications fournies vendredi après-midi par Béatrice Collignon et Philippe Pelletier, directeurs scientifiques, Henri Desbois, Maude Sainteville et Franck Lavigne, membres du comité de pilotage, qui expliquaient qu’entre la première sollicitation fin octobre et le FIG suivant, soit le temps prenait son temps, soit il filait à toute vitesse… Répondant à la volonté de l’animateur Sylvain Allemand de «rentrer dans la marmite FIG», les géographes ont expliqué les raisons pour lesquelles ils ont été sollicités, comment se faisait le choix des déclinaisons du thème, qui compose le comité de pilotage… L’occasion d’apprendre que la vingtaine de membres qui le constitue est issue d’horizons variés : une douzaine de scientifiques pilotés par la direction scientifique, le président de l’ADFIG (association porteuse du festival), le Maire David Valence, le Fondateur Christian Pierret, l’Education nationale… «Le programme est vraiment le fruit d’un échange», souligne Philippe Pelletier. Deux réunions «concrètes», une flopée de courriels, de sms, des heures passées sur Skype, un appel à proposition, des débats contradictoires et moult brainstorming plus tard, le FIG prend forme. «C’est une question d’équilibre entre plusieurs impératifs : tenir l’exigence scientifique, de qualité, de rénovation et d’accessibilité au grand public», soulignait Béatrice Collignon.

Sadoul

primi sui motori con e-max.it